Supports de renforcement positif - Collectif Parents TDAH Ouest

Supports de renforcement positif – Collectif Parents TDAH Ouest

Le renforcement positif 


0 - page de couv

Voici le lien pdf pour accéder aux supports que vous pouvez retrouver aussi
à la fin de l’article.

***

Information avant de commencer la lecture : le feedback c’est un compliment , une sanction, un jeton …

********

Les 10 commandements  * :

 

1. Donnez rapidement à votre enfant davantage de feedback (un feedback positif est une récompense et un feedback négatif est une réprimande) et appliquez plus de conséquences immédiates

Comme le dit Virginia Douglas, une psychologue canadienne, les enfants atteints du TDA/H semblent ne vivre que dans le présent beaucoup plus que les autres enfants. Il est donc nécessaire de faire remarquer l’acte de l’enfant sur le moment avant que l’enfant ne se souvienne plus de l’acte qu’il a commis. Si pour que l’enfant reste centré sur la tâche, il faut prendre les mesures pour aussi bien donner une rétroaction positive et des conséquences qui auront l’effet de rendre la tâche plus gratifiante, et aussi de donner des conséquences négatives mineures s’ils se détournent de sa tâche. Aussi, pour modifier des comportements négatifs, il est nécessaire d’offrir rapidement des récompenses et une rétroaction positive lorsque l’enfant se comporte bien et, de la même façon, des conséquences négatives lors de comportements inappropriés. Une rétroaction positive peut se donner sous forme de félicitations et de compliments tout en exprimant précisément et spécifiquement ce que l’enfant a fait de positif. Cela peut aussi se faire sous forme de manifestations physiques d’affection.

2. Donnez plus fréquemment de feedback à votre enfant

Des conséquences ou une rétroaction immédiate peuvent être utiles même s’ils sont donnés occasionnellement, mais ils seront d’autant plus efficaces qu’ils seront donnés fréquemment. Évidemment, donner beaucoup de rétroaction risque d’agacer et d’irriter l’enfant mais il est important surtout lorsque la modification du comportement inacceptable est important.

3. Utilisez des conséquences plus grandes et plus puissantes

Afin de l’encourager à accomplir sa tâche, à respecter les consignes ou à bien se comporter, l’enfant hyperactif a besoin de conséquences plus significatives, plus puissantes que les autres enfants. Ces conséquences peuvent comprendre des manifestations physiques d’affection, des privilèges, des petites gâteries, des jetons ou des points, des récompenses matérielles telles que des petits jouets ou des articles de collection. Ceci peut sembler à première vue aller à l’encontre de la règle de base voulant que les enfants ne doivent pas recevoir trop souvent de récompenses matérielles parce que de telles récompenses peuvent remplacer les récompenses tel que le plaisir de lire, de faire plaisir à ses parents et amis, la fierté de maîtriser une nouvelle tâche ou activité mais ces formes de renforcement, de récompense sont beaucoup moins susceptibles d’amener les enfants TDA/H à bien se comporter.

4. Utilisez le renforcement positif avant la punition

La plupart du temps, la punition est un moyen pour faire remarquer à l’enfant qu’il se comporte mal ou qu’il a désobéit. Cette approche peut être tout à fait adéquate pour l’enfant qui n’est pas atteint d’hyperactivité et qui ne se comporte mal qu’occasionnellement, et qui, en conséquence, n’a pas à être puni très souvent. Cependant, une telle approche n’est pas indiquée du tout dans le cas d’un enfant atteint d’hyperactivité qui, selon toute vraisemblance, se comportera mal beaucoup plus souvent et qui se verra appliquer beaucoup plus de conséquences négatives qu’un autre enfant. La punition, utilisée seule ou en l’absence de récompenses régulières et d’un feed-back positif, n’est pas très efficace lorsqu’il s’agit de modifier le comportement. La méthode punitive entraîne généralement du ressentiment et de l’hostilité chez l’enfant. Quelquefois, cela peut même mener à du contre-contrôle de la part de l’enfant qui cherchera des façons de se venger, qui voudra exercer des représailles.

5. Soyez conséquent et constant

À chaque fois qu’il vous est nécessaire de gérer le comportement de l’enfant, il est utile d’utiliser les mêmes stratégies.

Être constant implique quatre choses :

  • Être constant dans le temps;
  • Ne pas abandonner trop tôt quand un programme de modification du comportement est commencé;
  • Continuer à réagir de la même façon, maintenir le cap, même dans un contexte différent;
  • Faire équipe avec le conjoint (pour les parents).

6. Cessez de « chialer et agissez »

Sam Goldstein explique aux parents cesser de discuter avec leurs enfants et d’appliquer plutôt les conséquences, car l’enfant hyperactif va comprendre plus facilement avec un feedback plutôt qu’avec une discussion dont le but est d’essayer de le raisonner.

7. Planifiez les situations problématiques

En apprenant à anticiper ces situations problématiques (aller au cinéma, dans un lieu public), en prévoyant comment mieux les résoudre avant de retrouver dans ces situations, en discutant des solutions avec l’enfant, et en vous conformant à votre plan si un problème se présente, l’angoisse est diminuer et évite les situations à problème.

Il peut être mis d’accord avec l’enfant de la récompense, avant que la situation a problème, et de la punition qui sera utilisée et avant tout il est nécessaire de revoir avec l’enfant deux ou trois des règles qu’il a de la difficulté à suivre.

8. Gardez à l’esprit les difficultés de maturation

Parfois, confronté à un enfant difficile atteint d’hyperactivité, il arrive perdre toute perspective du problème de base. Il est possible alors de se mettre en colère, devenir enragés, à tout le moins frustrés et embarrassés quand les premiers efforts dans la gestion du comportement de leur enfant ne donnent pas les résultats attendus. Il peut même arriver de se rabaisser au niveau de l’enfant et commencer à argumenter avec lui comme un autre enfant le ferait. Il ne faut pas oublier que l’adulte doit garder le rôle de l’éducateur et de garder son calme.

9. Ne personnalisez pas les problèmes de l’enfant ou son trouble

Il est nécessaire de ne pas évaluer ses propres sentiments de valeur et de dignité personnelles en fonction du fait que de gagner ou non une discussion avec l’enfant. Il ne s’agit pas ici de tenir le compte des victoires et des défaites.

10. Pardonnez

Il s’agit ici du principe le plus important, mais aussi de celui avec lequel il est le plus difficile d’être quotidiennement en harmonie. Il faut pardonner.

Ces quelques règles outre le fait d’être adaptée à l’enfant TDAH , met aussi et je dirai surtout , tout le foyer en accord sur une seule et même methode … là où bien souvent naissent des clivages dans le couple au sujet de l’autorité à poser , de la gestion de l’enfant et de son trouble etc .

Pour que quelque méthode que ça soit fonctionne , gardez en tete que la base de l’éducation c’est

  • être convaincu ( pour convaincre lol ) conci et clair
  • être cohérents entre parents
  • être cohérent entre votre discours , votre voix , vos expressions visage ( tout doit dire la même chose )
  • être au clair avec les règles , les limites de la famille
  • être conscient du besoin de cadre de votre enfant (encore plus avec un TDAh ) : le cadre c’est sa sécurité , sa confiance en vous

Avant tout, rappelez-vous que l’éducation et l’encadrement d’un enfant hyperactif impliquent trois choses :

  1. Faites une pause avant de réagir face à un mauvais comportement de l’enfant.
  2. Utilisez ce temps pour vous rappeler les principes suivants.
  3. Choisissez une réponse qui tienne compte de ces principes.

 

 ______________________________________

 

10957465_10204556256481230_1980711741_n

_________________________________________

Fichier PDF des supports créés

par le Collectif Parents TDAH Ouest

en cliquant sur l’image ci dessous :

0 - page de couv

A lire aussi   :

 18 Façons de rendre un système de jetons plus efficace avec les enfants qui ont un TDAH

avec ou sans Hyperactivité en cliquant sur l’image ci-dessous

64778_8251

 

*Références : Extrait du livre « Comment aider mon enfant hyperactif ? » Dr Marie-Claude Saiag – Dr Stéphanie Bioulac – Pr Manuel Bouvard

A la base tiré de « Taking Charge of ADHD – The Complete Authoritative Guide for Parents », Russell A. Barkley, édition Guilford Press, 1995