TDAH & Thérapies Cognitivo-comportementales (TCC) - Article Coup de Coeur !

TDAH & Thérapie Cognitivo-Comportementale ( TCC ) que nous ne pouvons que conseiller !

 TDAH & Thérapie Cognitivo-comportementale (TCC)

Un Article Coup de Cœur !!!

Vous trouverez d’ailleurs dans cet article une vidéo qui ne parle pas spécialement du TDA/H mais qui est très très intéressante et un psychologue TCC qui me fait grandement penser au Psy TCC de mon fils qui a 7ans et demi TDAH qui a une prise en charge multimodale (traitement, Psy TCC, Orthophoniste, Psychomotricien) et qui ne devrait avoir besoin après les vacances de noël de 6 à 7 séances …. Vraiment une prise en charge très adaptée pour les enfants et adultes touchés par un Trouble du Déficit d’Attention avec ou sans Hyperactivité … ! 

Alors oui c’est vrai ça a un prix, mais c’est tellement moins long et bien plus bénéfique que chez certains professionnels qui vous sont parfois imposés …

1120220_21004722

Intérêt des thérapies

cognitivo-comportementales ( TCC )

dans le TDAH

David Da Fonseca -Service Espace Arthur, Hôpital Salvator, AP-HM,

& Université de la Méditerranée – Aix Marseille 2

Si le traitement pharmacologique du trouble déficitaire de lʼattention est de mieux en mieux reconnu et largement étayé dans la littérature scientifique, cette modalité thérapeutique ne peut être isolée et doit toujours sʼinscrire dans une prise en charge globale et pluridisciplinaire. En effet, malgré lʼefficacité du traitement médicamenteux sur bon nombre de symptômes, les répercussions fonctionnelles peuvent subsister et générer beaucoup de souffrance au niveau des relations sociales, familiales ou professionnelles. En outre, les comorbidités nombreuses nécessitent également une prise en charge adaptée. Les programmes de thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont particulièrement intéressants dans ce cadre ou lorsque le traitement médicamenteux est inefficace, mal toléré ou refusé par la famille. Ils comprennent en effet de nombreuses stratégies que lʼon peut dissocier en trois grandes catégories : la psycho-éducation, les thérapies cognitives, les thérapies émotionnelles. Ils s’adressent aussi bien aux enfants, aux adolescents quʼaux adultes.

Les programmes de thérapies cognitivo-comportementales (TCC) proposés aux sujets présentant un trouble déficit de lʼattention/hyperactivité (TDAH) sont très variables en fonction du nombre de sessions, de la durée du programme et des stratégies proposées. Elles peuvent être catégorisées de la manière suivante : la psycho-éducation, les thérapies cognitives et les thérapies émotionnelles.

La psycho-éducation

La psycho-éducation est une étape préalable et indispensable à la mise en place de toute thérapie. Elle est très pertinente pour aider les familles à démystifier, éliminer les préjugés, atténuer leur culpabilité et à les impliquer dans la prise en charge. Elle vise à leur faire prendre conscience des qualités de leur enfant. La psycho-éducation a également pour but de comprendre et donc de mieux accepter les différentes problématiques en donnant aux familles ou à lʼenvironnement scolaire de lʼinformation sur le TDAH (documentations, sites web, articles, livres, etc.). Des séances de psycho-éducation sont également directement proposées aux sujets présentant un TDAH pour les aider à comprendre leur fonctionnement.

Les thérapies cognitives

La restructuration cognitive peut être proposée en fonction du niveau cognitif du sujet pour lui apprendre à développer des pensées alternatives. Un travail de réattribution peut permettre de diminuer les sentiments dʼimpuissance et le manque de motivation. La résolution de problèmes fait partie de la majorité des programmes. Elle semble être une stratégie pertinente pour améliorer lʼagitation et lʼattention et diminuer lʼopposition. Les remédiations cognitives sont des stratégies de plus en plus utilisées qui visent à améliorer les différentes fonctions exécutives perturbées. Le travail sur lʼimpulsivité peut se faire par le développement dʼun discours intérieur qui permet un contrôle des différents comportements. Ces stratégies semblent diminuer de manière significative lʼagressivité ainsi que les difficultés dʼinteraction sociale [1]. La planification, lʼorganisation et la gestion du temps font également partie de nombreux programmes de TCC. Ces fonctions cognitives peuvent être améliorées grâce notamment à la visualisation du temps. Solanto et al. [2] ont proposé ces stratégies sur 12 sessions de 2 heures à un groupe de 45 adultes présentant un TDAH. Ce programme spécifique semble diminuer la sévérité du TDAH, en particulier les troubles attentionnels, par rapport au groupe bénéficiant dʼune thérapie de soutien. La mémoire de travail peut également être développée avec un maintien à 3 mois intéressant [3]. De la même manière les remédiations sur lʼattention semblent efficaces par rapport au groupe contrôle [4].

Les thérapies émotionnelles

Les stratégies de régulation des émotions permettent dʼapprendre au sujet à nuancer ses émotions et à développer des stratégies adéquates en fonction de lʼintensité de ses émotions. La relaxation peut être enseignée aux sujets mais semble moins efficace que les programmes de thérapies cognitives [5]. La méditation a également été étudiée. Zylowska [6] montre dans un programme de 8 sessions concernant 24 adultes et 8 adolescents présentant un TDAH que le mindfulness améliore lʼattention soutenue, la régulation des émotions, lʼinhibition cognitive ainsi que les éléments anxieux et dépressifs.

Les programmes de TCC

Compte tenu de la diversité des stratégies possibles, nous pouvons comprendre pourquoi les programmes TCC sont aussi hétérogènes. Ils sont donc difficilement comparables. Cependant de plus en plus dʼétudes démontrent leur intérêt pour aider les sujets avec un TDAH au quotidien. Pour les enfants, beaucoup de programmes se font sous la forme de groupes dʼhabiletés sociales (GHS) comprenant la plupart des stratégies que nous avons citées. Selon Antshel [7], les GHS semblent plus pertinents pour les TDAH avec une impulsivité prédominante que pour les formes combinées ou associées à un trouble oppositionnel. De même, Pfiffner et al. [8] ont démontré lʼefficacité dʼun programme TCC pour des enfants âgés de 7 et 11 ans présentant un TDAH avec trouble de lʼattention. Tutty et al. [9] démontrent lʼintérêt des TCC associées à un traitement médicamenteux pour des enfants âgés de 5 à 12 ans. Ils rapportent des améliorations significatives sur les symptômes du TDAH et sur le comportement par rapport aux enfants ne bénéficiant que dʼun traitement médicamenteux. Dans le même esprit, Waxmonsky et al. [10] montrent lʼintérêt dʼun programme TCC en plus du traitement médicamenteux. En effet, si le traitement sʼavère efficace, le groupe dʼenfants bénéficiant dʼun soutien TCC supplémentaire semble sʼaméliorer de manière plus importante, en particulier dans la cellule familiale.

Enfin, Miranda et al. [1] ont testé un programme intensif étalé sur 10 semaines pour des enfants âgés de 7 à 12 ans comprenant des stratégies dʼauto-instruction, de résolution de problème, de gestion de la colère et des habiletés sociales. Ce programme complet semble améliorer de manière significative les différentes fonctions exécutives chez les enfants, ainsi que les symptômes cardinaux du TDAH.

Pour les adolescents, les études sont moins nombreuses. Antshel [11] propose un programme TCC sʼadressant à 68 adolescents et composé de 4 séances de psycho-éducation, 3 séances sur la distractibilité et 2 à 5 séances de thérapie cognitive. Il semble plus efficace pour les TDAH associés à un trouble anxieux comorbide que pour ceux associés à un trouble oppositionnel avec provocation.

Pour les adultes, les programmes TCC sont de plus en plus utilisés. Safren et al. [12] ont comparé un groupe de 16 adultes bénéficiant dʼun traitement médicamenteux et dʼun programme de TCC à un groupe de 15 adultes ne bénéficiant que du traitement médicamenteux. Le programme comprenait plusieurs modules (psycho-éducation, planification, organisation, résolution de problème, distractibilité, restructuration cognitive) et des modules optionnels (procrastination, gestion de la colère et habiletés sociales). Après 8 sessions, le premier groupe présentait une diminution significative de lʼintensité du TDAH, de lʼanxiété et de la dépression par rapport au deuxième groupe suggérant ainsi le bénéfice de la TCC en plus du traitement médicamenteux.

De la même manière, Bramhan et al. [13] ont proposé un autre programme TCC (psychoéducation, gestion de la colère, résolution de problème, gestion du temps et des relations sociales) à la moitié dʼun groupe dʼadultes bénéficiant dʼun traitement médicamenteux. Ces derniers ont amélioré leur connaissance du TDAH, leur sentiment dʼefficacité ainsi que leur estime dʼeux-mêmes.

Enfin, Emilsson et al. [14] montrent lʼefficacité supérieure dʼun programme TCC (remédiation cognitive, résolution de problème, régulation émotionnelle et habiletés sociales) par rapport à une prise en charge classique chez des adultes prenant un traitement médicamenteux.

Références ici

Ce quʼil faut retenir

Les programmes TCC sont :

• très complémentaires des traitements médicamenteux ;
• proposés aux enfants, aux parents et aux écoles ;
• pertinents pour les enfants, les adolescents et les adultes.

La TCC permet :

• la prise de conscience des difficultés ;
• de diminuer l’intensité des symptômes du TDAH ;
• de développer des stratégies particulièrement utiles au quotidien ;
• de diminuer les répercussions fonctionnelles du trouble ;
• le traitement des comorbidités.

Ceci est un résumé des communications de congrès dont lʼobjectif est de fournir des informations sur lʼétat actuel de la recherche ; ainsi certaines données publiées peuvent ne pas avoir été validées par les autorités de santé françaises. Le contenu a été réalisé sous la seule et entière responsabilité des auteurs, du coordinateur et du directeur de la publication qui sont garants de objectivité de cette publication. SHIRE France nʼest pas intervenu dans le choix et la rédaction des articles. De ce fait, la responsabilité de SHIRE France ne saurait être engagée. *

*Retrouvez le pdf de cette article sur http://www.tdahactu.com/pdf/tdahactu_n2_article2_2.pdf

————————————————————

TDAH chez l’adulte:

suivre une psychothérapie réduirait les symptômes

Les adultes atteints d’un trouble de déficit de l’attention (TDAH) souffrent moins des symptômes associés à cette maladie lorsque leur médication est jumelée à une psychothérapie cognitivo-comportementale, selon une étude américaine.

Les chercheurs en sont arrivés à cette conclusion en analysant les effets de deux types de traitements chez 86 personnes prenant des médicaments contre un trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Malgré la médication, tous disaient toujours éprouver des symptômes d’inattention, d’hyperactivité et d’impulsivité. …*

*Suite

tdah-adulte-psychotherapie-reduirait-symptomes_20100908-1

——————————————————————–

Comment choisir son psy et sa thérapie ?

On ne parle pas forcément du TDAH mais on cerne bien le but  et l’humain dans ces thérapie TCC.

http://www.dailymotion.com/video/xj2kt9

—————————————————————————–

REMÉDIATION COGNITIVE DES FONCTIONS

EXÉCUTIVES CHEZ L’ENFANT

AVEC TDA/H

Mémoire pour l’obtention du Certificat de Capacité d’Orthophoniste
Par Kelly MINARY Née le 18 / 09 / 1987
Année Universitaire 2009 – 2010
Université Victor Segalen – Bordeaux 2-
C H A P I T R E 1 – LE TDA/H OU TROUBLE DÉFICITAIRE DE L’ATTENTION / HYPERACTIVITÉ
C H A P I T R E 2 – LES FONCTIONS EXÉCUTIVES DANS LE TDA/H
C H A P I T R E 3 – STRATÉGIES D’INTERVENTION CIBLÉES SUR LES FONCTIONS EXÉCUTIVES CHEZ LES SUJETS PRÉSENTANT UN TDA/H
C H A P I T R E 4 – MÉTHODOLOGIE
C H A P I T R E 5 – PRÉSENTATION DES RÉSULTATS
« Selon Revol (1999), la prise en charge psychothérapique est plus que souhaitable dans la majorité des cas. Les psychothérapies comportementales visent essentiellement à accroître chez l’enfant le contrôle de ses réactions alors que les psychothérapies d’inspiration analytique ont pour principal objectif l’atténuation des perturbations émotionnelles. Enfin, les psychothérapies systémiques ou familiales cherchent à resituer l’enfant dans ses interactions immédiates avec l’environnement. Les actions entreprises s’en trouvent d’autant plus efficaces qu’elles sont simultanément menées au niveau de l’enfant, de ses parents, et de ses éducateurs. C’est dans cette dynamique plurielle que s’inscrivent les thérapies cognitives et comportementales (ou T.C.C.)… »
Pour voir ce document dans son entier rendez vous ici
Rédaction : Virginie MESNIER – Co-fondatrice du Collectif Parents TDAH Ouest