TDAH & Syndrome des Jambes sans repos

sjrs

Le syndrome des jambes sans repos (SJRS)
« maladie de Willis Ekbom »

Extrait de l’article http://www.medecine-preventive.ch/fra/jambes-sans-repos.php

25 % des enfants souffrant de troubles de l’attention avec hyperactivité

Le diagnostic est essentiellement clinique, l’histoire des symptômes, est d’une grande importance lors de la première consultation.


La recherche d’une déplétion ferrique doit être systématiquement réalisée avant de proposer un traitement.

Le syndrome des jambes sans repos (SJRS) est un syndrome neurologique sensitivo-moteur défini par le besoin irrésistible de bouger ses jambes, survenant surtout au repos avec au moins un soulagement partiel et temporaire durant l’activité. Ce besoin naît d’un inconfort dans les membres inférieurs (fourmillements, picotements, sensations de brûlures), dont l’intensité varie beaucoup d’une personne à l’autre.

Cette maladie touche environ 8,5 % de la population française, 8 % de la population américaine et 12 % de la population canadienne. La prévalence augmente avec l’âge, avec une nette aggravation après 50 ans. Dans certaines études rétrospectives, 40 % des adultes concernés indiquent que leurs troubles ont débuté avant leur 20e anniversaire et 12 % même avant le 10e anniversaire. 25 % des enfants souffrant de troubles de l’attention avec hyperactivité (TDA-H) présentent aussi un SJSR. Le syndrome des jambes sans repos est deux fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes.

Le syndrome des jambes sans repos est idiopathique dans la majorité des cas.

Un syndrome défini par l’interrogatoire

 

Les critères actuellement utilisés sur le plan international pour le SJSR sont indiqués ici.

Critères diagnostiques du SJSR chez l’adulte

. Besoin irrésistible de bouger associé à des dysesthésies/paresthésies.
. Soulagement/diminution transitoire avec le mouvement ou une activité motrice répétitive (motor restless).
. Survenue ou aggravation des symptômes avec le repos.
. Apparition préférentielle ou exclusive des symptômes dans la soirée, en particulier au moment du coucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *